L’enseignement de cette nouvelle école nationale supérieure de cinéma et de multimédia possède la particularité d’une 3e année en alternance.

Le 13 octobre 2015 était officiellement inaugurée, à Lyon, la CinéFabrique, école nationale supérieure se voulant résolument distincte des établissements existants en « s’inscrivant dans un autre territoire, avec une vraie volonté de mixité sociale et de diversité », selon les mots de son directeur, le réalisateur Claure Mouriéras. Les 30 élèves de la première promotion, sélectionnés parmi 400 candidats, avaient rejoint l’école le 1er septembre de la même année.

Principe de base de la CinéFabrique, aucun enseignant n’est attaché à l’établissement, la pédagogie étant assurée par des professionnels en exercices, parfois prestigieux. Parmi les intervenants extérieurs, on relève ainsi les noms des frères dardenne, de Laurent Cantet, Mathieu Amalric, Cédric Kahn et Karine Viard, ou encore des chefs opérateurs Caroline champetier et Tom Stern (collaborateur régulier de Clint Eastwood). L’un des gros paris de l’école était qu’il n’y ait pas de section réalisation, mais de former des professionnels capables de porter les projets. Chaque élève a donc acquis, par groupe de six, les fondamentaux de son métier au cours d’un parcours de spécialisation en scénario, production, image, son ou montage.

 

Une école ouverte sur l’international

Autre particularité unique, le fait de proposer de l’alternance durant le cursus. Si la première année se déroule autour d’un tronc commun, la deuxième amène les étudiants à se spécialiser et la troisième se fait en alternance. « Cela a été complexe à mettre en place, mais nous avons créé un groupement d’employeurs qui peuvent ainsi embaucher les alternants le temps d’un tournage ou d’une postproduction », souligne Claude Mouriéras. Ce GE compte actuellement une trentaine d’entreprises réparties sur trois bassins d’emplois : les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France et PACA. D’une grande souplesse, le dispositif permet aux élèves de travailler sur des projets dans leur globalité, tout en leur offrant la possibilité de retrouver en entreprise les intervenants auxquels ils ont eu affaire durant les deux années précédentes. Six mois d’alternance qui permettent également de les confronter aux réalités du métier; La première promotion de la CinéFabrique est sortie officiellement le 1er septembre de cette année, trois ans jour pour jour après son entrée dans les locaux. Et début novembre, plus de la moitié des élèves avaient déjà signé des contrats d’intermittents.

Très ouverte sur l’international, la cinéFabrique a mis en place la Cine Nomad School, plateforme d’échanges avec l’Isis et Imagine (Burkina Faso), ims (bénin), Afriff (Nigéria) et l’Ecole de cinéma de Łódź en Pologne, permettant aux étudiants de tourner hors de leurs pays respectifs dans le cadre de réalités culturelles parfois très différents des leurs.